Récits des FAC : Ce saxophoniste croit en ce qu’il fait. Et vous, quel est votre récit? #MonRécitFAC

Vidéo / Le 21 juillet 2016

Transcription

Je suis le sergent Rob McKinnon, premier saxophone au sein de la Musique des Governor General’s Foot Guards. Au quotidien, j’appuie l’équipe des Affaires publiques de l’Armée en organisant les tâches des techniciens en imagerie et en les envoyant recueillir des images pour les Affaires publiques de l’Armée.

Mon travail ne consiste pas à simplement m’asseoir sur une chaise et à jouer du saxophone. Ça demande beaucoup de préparation en fait. Il y a les petits détails, comme polir ses bottes, repasser ses pantalons et en retirer les poils de chien. Jouer de mon instrument en uniforme avec les Governor General’s Foot Guards a quelque chose de spécial. Nous portons bien sûr nos tuniques écarlates emblématiques, que les gens reconnaissent et qui symbolisent notre détermination et notre professionnalisme. Puis, nous nous lançons et nous livrons la meilleure performance dont nous sommes capables.

Faire partie de la Musique des GGFG rend la conciliation travail-famille assez difficile. Souvent, nous jouons de dix à douze soirs par mois, parfois même quatorze. Il y a aussi les répétitions, les représentations et les dîners militaires, ce genre de choses. Je dois m’absenter de la maison chaque fois. Comme j’ai un jeune fils (il aura seize mois cette semaine), je dois croire en ce que je fais pour justifier ce temps passé à l’extérieur. Je dois sentir que j’accomplis quelque chose ayant une certaine valeur. Et c’est le cas. Ce n’est pas seulement mon investissement personnel, ce sont les efforts concertés de tous les membres de la Musique. Tout le monde doit faire davantage que simplement jouer d’un instrument; sinon, nous ne serions pas en mesure d’en accomplir autant.

La Musique des GGFG a hérité de certains adeptes de la Musique de la Garde de cérémonie. Nous communiquons avec l’auditoire; nul besoin de connaître une autre langue pour saisir ce que nous jouons. Notre musique fait taper les gens du pied et elle les fait vibrer; elle présente aussi un volet de notre patrimoine et de nos traditions que l’auditoire connaît et apprécie.

Lorsque nous terminons un concert, nous remarquons qu’il y a beaucoup de visages souriants dans l’auditoire. Les gens tapent du pied, les enfants semblent inspirés par ce qu’ils ont vu et entendu. Il me serait très pénible de ne plus faire partie de la Musique des GGFG. Je ressens une grande fierté lorsque je joue en uniforme. C’est un sentiment très agréable.  

Date de modification :