Récit des FAC | Les Snowbirds et la Patrouille de France volent côte à côte

Vidéo / Le 19 juillet 2017

Transcription

Capitaine Blake McNaughton : C’est un moment historique d’avoir la Patrouille de France ici, au Canada, surtout à l’occasion du 100e anniversaire de la bataille de la crête Vimy et du 150e anniversaire du Canada. La culture francophone occupe une place importante et significative au pays, et c’est tout simplement magique de les avoir avec nous cette fin de semaine.

Gauthier Dewas : C’est un moment, c’est un moment historique parce que… on ne l’a jamais fait… parce qu’on travaille beaucoup avec les pilotes de chasse canadiens et l’Armée de l’air canadienne et la Défense canadienne, moi j’ai eu la chance de voler régulièrement avec des Canadiens, comme l’ensemble de, des pilotes de mon équipe. Donc, pouvoir se retrouver au Canada, les deux équipes ensemble, survoler le Parlement d’Ottawa et ensuite aller à Montréal qui est un honneur, pour nous… immense… parce que, on a des liens qui sont très forts et c’est une façon de les montrer. C’est aussi une chance extraordinaire de pouvoir voler avec cette patrouille des Snowbirds qui est internationalement connue, qui est, qui qui porte les mêmes valeurs que nous et avec qui on a pu échanger déjà sur les deux derniers jours et qui est extraordinaire.

Capitaine Blake McNaughton : C’est certain qu’il y a de la compétitivité entre tous les pilotes et les pilotes de chasse, ou même dans les équipes de démonstration d’Amérique du Nord et de partout dans le monde. Nous savions d’avance qu’il y aurait un peu de rivalité, mais, quand tu commences à discuter avec eux, tu réalises que tous les pilotes parlent le même langage. Nous avons beaucoup de points en commun et nous avons une équipe fantastique.

Gauthier Dewas : Mais les… les pilotes français et les pilotes canadiens, volent… on a toujours été alliés; on vole ensemble depuis toujours. Quand j’étais jeune pilote, moi j’ai eu la chance d’avoir un pilote canadien dans mon unité, à Cambrai, dans le nord de la France, et il y avait un pilote français en échange au Canada et on s’est retrouvés en opération à l’extérieur. Donc… on fait le même métier et on défend les mêmes valeurs sous des bannières qui se retrouvent régulièrement, donc c’est, c’est des liens qui sont très forts en fait. Quand on est ensemble on n’a pas l’impression d’avoir un Français, un Canadien, c’est … on est ensemble, des militaires nous combattons pour les mêmes causes, donc c’est… des frères d’armes, tout simplement.

Date de modification :