Récit des FAC : Le Maj Mansour a formé des dentistes en Afghanistan alors qu’il était sous les menaces constantes d’attaques.

Vidéo / Le 6 janvier 2017

Transcription

Dès un jeune âge, pour quelque raison que ce soit, j’étais attiré par la dentisterie. J’ai été à l’Université de Toronto comme patient pour faire poser mes broches, et depuis je me disais que je voulais être comme la personne qui m’avait soigné.

Oui, c’est bizarre, n’est-ce pas?

Donc, lorsque l’occasion s’est présenté pour faire une mission de mentorat à Kaboul, je me suis porté volontaire et dit que oui, ce serait très intéressant.

Quelques mois avant notre arrivée, il a eu un camion à benne qui avait défoncé la barrière, et un groupe de talibans avait infiltré la base. Donc lorsqu’on enseignait, il y avait des moments où d’autres membres de notre équipe devaient faire la surveillance des lieux pour nous protéger. Il y a toujours une peur, presque… on entend parler de personnes qui dorment que d’un œil.

Nous étions là en tant qu’instructeurs pour enseigner une sorte de cours. Nous étions donc avec, vous savez, des adjoints de médecins, et des médecins, et d’autres spécialistes du domaine de la santé pour faire en sorte qu’ils soient capables de prodiguer des soins à leurs militaires.

À ce moment, il y avait un dentiste militaire de la Force de sécurité nationale afghane, ou FSNA. Il avait les connaissances, les ressources, mais il ne savait pas comment le mettre en pratique.

Il m’a dit que c’était la première fois qu’il voyait un rayon x en vrai. Je lui ai demandé ce qu’il voulait dire, et il s’agissait de la première fois qu’il voyait un rayon x qui n’était pas dans un livre.

Nous ne pouvons pas former un dentiste de A à Z. La direction a décidé que nous pouvions peut-être former des spécialistes qui ont déjà une base de connaissances, qui peuvent réaliser des obturations, commencer un traitement de canal, retirer une dent infectée, ou d’autres procédures qui peuvent sauver des vies.

Nous devions montrer cela aux dentistes afghans, donc nous les avons guidés et aidés et nous leur avons posé des questions pour savoir qu’ils pensaient de certains sujets. J’ai remarqué qu’ils avaient une société avec des dentistes individuels qui étaient un peu mécontents.

Donc je semais des idées, et je me suis dit, vous savez quoi, nous avons ce forum de formation continue, pourquoi ne pas inclure cette société. Donc j’ai choisi une femme du groupe pour faire cette démarche, ce qui était, en Afghanistan, pas très normal.

Ce que nous avons mis sur pied en 2011 est devenu la fédération internationale de professionnels bénévoles en dentisterie, et ce groupe a obtenu le statut de l’association dentaire afghane. Ce fut donc un beau moment de voir tous nos efforts porter leurs fruits.

Date de modification :