Récit des FAC : Des Canadiens au grand cœur prêtent main-forte à l’étranger.

Vidéo / Le 25 août 2016

Transcription

Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour constater l’ampleur de la destruction; il suffisait de regarder à travers le hublot de l’avion à notre arrivée. C’était très évident, ça sautait tout de suite aux yeux.

(Lieutenant-colonel Walter Taylor)

Lorsque vous êtes dans la rue, vous pouvez seulement voir les quelques maisons qui vous entourent, mais lorsque vous survolez la région et que vous regardez au sol, vous voyez des villages entièrement rasés et des routes bloquées par les débris. Vous voyez tous ces champs agricoles le long de la côte contaminés par l’eau salée.

À vrai dire, vous ne choisissez pas de faire partie de l’EICC; on vous affecte quelque part et on vous informe que vous faites partie de l’équipe. Il y a en fait des éléments de l’EICC qui peuvent être déployés à 12 heures de préavis; en règle générale, ils sont prêts à l’être de 12 à 48 heures de préavis.

Beaucoup des ressources militaires que nous formons pour remplir notre mandat principal s’avèrent très utiles quand vient le temps de déployer des troupes à l’autre bout du monde et fournir de l’aide humanitaire.

Membre de l’EIIC : Voilà, merci!

On ne peut pas replanter un verger et faire la cueillette des fruits dans la même saison; les arbres prennent des années à grandir et à produire des fruits. Vous savez, il était très agréable de travailler avec les Philippins. Ce sont des gens très résilients, mais ça reste tout de même difficile de constater l’ampleur des besoins, qui dépasse ce à quoi nous pouvons répondre de manière réaliste.

Jeune homme : Ça nous aide beaucoup, merci. Que Dieu bénisse le Canada!

Alors, comment dire?... Tous les membres de l’équipe ont trouvé la mission très gratifiante. À ce jour, je n’ai rencontré personne ayant accompagné l’EICC en mission qui n’avait pas retiré de satisfaction personnelle de l’expérience. Je pense que l’EIIC est simplement l’extension naturelle du bon cœur des soldats canadiens.

Date de modification :