Récit des FAC | Adj Potvin : je n’ai jamais été victime de haine #MoisFierté

Vidéo / Le 23 juin 2017

Transcription

Joindre les Forces étant gaie et femme; deux défis. Au début, il fallait prendre des petits pas, et faire très attention. Le gouvernement et les Forces canadiennes commençaient à tourner la page sur la façon de gérer l’homosexualité dans les Forces.

Mon nom c’est Christine Potvin et je suis adjudant dans les Forces armées canadiennes, et je suis technicienne au bloc opératoire. Premièrement j’étais très en forme, et j’avais beaucoup d’énergie. Alors j’ai pris le temps d’y penser et j’ai décidé de joindre les Forces armées canadiennes. Je dirais que les premiers dix ans de ma carrière j’ai fait très attention, j’étais très discrète. Et puis, lorsque j'ai réalisé que les choses avançaient, les choses évoluaient, les Forces ont commencé à instiller des politiques, pour en fait, inclure la diversité. Donc, il y a eu un pas géant à un moment donné. Je me suis laissée… je me suis ouverte complètement. Et je n’ai jamais, jamais, jamais eu de problèmes, lorsque ça vient à mon style de vie ou mon homosexualité.

En ce moment je suis le sergent major de la compagnie médicale. Donc, j’ai l’option, l’opportunité de prendre beaucoup de décisions au niveau des troupes, des juniors. On ne peut pas tous aller en mission, mais le fait qu’on peut entraîner des gens, qu’on fait partie de l’équipe qui entraîne des gens, qui envoie la meilleure équipe médicale au monde sur des missions, c'est important pour nous autres de le comprendre aussi.

Je suis à 28 ans maintenant et près de la retraite, malheureusement, parce que médicalement je ne peux pas continuer à le… la demande physique que les Forces demandent, mais ceci dit, c’est un chapitre qui vient de fermer et j’ouvre un autre chapitre. Je me suis mariée en 2013, donc, le plan c’est prendre notre retraite et d’avoir beaucoup de plaisir avec les six petits-enfants et les enfants et toute la grosse famille.

Date de modification :