Mon récit : Sauvetage sur glace

Vidéo / Le 23 juin 2016

Transcription

Adjudant Aaron Bygrove : Nous avons sauté en parachuté et nous sommes parvenus à secourir deux chasseurs et le pilote d’un hélicoptère qui s’était écrasé dans les eaux glacées de la Baie d’Hudson. Je suis l’adjudant Aaron Bygrove, et voici le caporal-chef Bruno Robitaille.

Caporal-chef Bruno Robitaille : À neuf ans, j’ai vu une émission sur la recherche et le sauvetage; j’ai tout fait depuis pour devenir technicien en recherche et sauvetage.

Nous avons parachuté avec les besoins médicaux et de survies pour lui et moi. Quand nous sommes arrivés au sol, il y avait trois patients. Il y avait des Inuits plus le pilote qui était submergé d’eau. Il faisait moins trente-six plus le vent. Moi je me suis occupé personnellement de l’aspect médical pour les patients et de tout ce qui est logistique et extraction. Le pilote qui était quand même submergé, je l’ai réchauffé pendant ce temps-là.  Aaron, lui, a commencé à monter la tente. On a amené les trois patients à l’intérieur. On a été capable d’amener les trois patients à une température convenable.  Et puis ensuite, à peu près deux heures de quand on a sauté, l’escadron 417 de Cold Lake est venu nous extraire. On est tout le temps occupé. On essaye tout le temps de faire quelque chose pour améliorer notre qualité de vie parce que oui, on sait que l’hélicoptère va s’en venir, mais on sait jamais s’il va vraiment arriver. Mais nous avons tout ce qu’il nous faut pour passer la nuit quoi que ce soit. C’est un travail d’équipe. 

Adjudant Aaron Bygrove : Nous avons pris des risques calculés, des risques qu’il fallait prendre pour sauver des vies. Nous avons mis tout l’équipage au travail, de même que toute l’équipe de recherche et sauvetage. On nous a tous les deux remis une médaille du service méritoire à Rideau Hall. Nous sommes honorés de recevoir cette récompense, non seulement à titre personnel,  mais aussi au nom de tous les membres de l’Aviation royale canadienne qui exécutent près de mille missions chaque année afin de retrouver des gens et de sauver des vies.

Caporal-chef Bruno Robitaille : Nous serons là n’importe où, n'importe quand. C’est notre travail.

Date de modification :