L’héritage d’un sapeur de combat de la Seconde Guerre mondiale se perpétue | Récit des FAC

Vidéo / Le 20 octobre 2017

Transcription

J’assistais à un salon de l’emploi à London, en Ontario, et mon deuxième choix de carrière était sapeur de combat. Pour quelque raison que ce soit, j’avais un intérêt pour l’emploi, mais je ne savais pas pourquoi. Dès que j’ai appris l’histoire de mon arrière-grand-père, cet intérêt a pris tout son sens.

Bonjour, je suis le caporal-chef John Sugrim. Je fais partie du 31e RGC (Régiment du génie de combat). Je suis posté ici, avec mon régiment, afin d’aider à bâtir un pont pour les gens de Québec.

Mes parents m’ont dit : « Conserve cette photo. » Je ne savais pas à quoi ça me servirait, mais j’avais cette impression, un peu comme un sixième sens. Mon arrière-grand-père, Sugrim Latchman, a fait partie du Génie royal canadien pendant la Seconde Guerre mondiale. J’ai presque fondu en larmes lorsque mes parents me l’ont dit, je sais maintenant qu’une partie de l’histoire de ma famille se retrouve ici. 

Son nom était Sugrim Latchman. Nous avons choisi de prendre son prénom comme nom de famille afin de perpétuer son souvenir. Bien évidemment, il avait l’insigne de casquette du Génie royal canadien sur sa tenue de combat. Je suis encore plus fier d’appartenir au Régiment du génie de combat, puisque nous sommes une seule grande entité, ici, au Canada. Nous sommes tous des sapeurs de combat.

 J’en sais très peu sur ce que mon arrière-grand-père a accompli alors qu’il était en poste à Aldershot, en Europe. J’aimerais savoir ce qu’il a fait et comment ça s’est terminé pour lui. Ce serait bien de faire durer son héritage.

Date de modification :