Récit des FAC | Une interlude musicale avec la reine Elizabeth II

Vidéo / Le 9 mars 2018

Transcription

Adjudant Katherine Buckland :

Il a dit : « Seriez-vous disponible pour jouer pour la reine, pour devenir sa joueuse de cornemuse attitrée pendant trois jours? »

Quand j’étais jeune, ma mère a suggéré que j’apprenne à jouer de la cornemuse, mais ce n’était pas quelque chose qui m’intéressait. Pour moi, c’était son truc à elle. Je ne voulais pas faire la même chose qu’elle, je voulais être différente. Mais j’ai commencé les cours, et j’y ai rapidement pris goût. J’ai donc commencé à jouer avec l’unité de la Réserve de ma mère, et lorsque j’ai eu 16 ans, elle a déclaré : « Aussi bien être payée pour ce que tu fais. Tiens, signe ici!

J’ai reçu un appel du secrétaire canadien de la Reine, qui m’a demandé : « Seriez-vous disponible pour jouer pour la reine, pour devenir sa joueuse de cornemuse attitrée pendant trois jours? » C’était une occasion en or. Il a ajouté : « Seriez-vous en mesure de composer un air pour elle, en l’honneur de son jubilé de diamant à venir? Si oui, vous pourriez avoir l’occasion de rencontrer la reine, de lui parler et vous pourriez amener un invité avec vous. » Ça s’est avéré toute une expérience. J’ai joué pour elle au déjeuner pendant trois jours. La pièce était petite, et la reine s’est approchée de ma mère et moi, et elle nous a posé une vingtaine de questions au sujet de nos uniformes. Je lui ai dit : « J’ai composé cet air en l’honneur de votre Jubilé de diamant à venir. » Elle en est restée interdite. « Assurez-vous que cette composition soit du voyage » a-t-elle déclaré, et elle a insisté pour l’emmener avec elle.

Adjudant Karen MacLean :

C’était une expérience extraordinaire à vivre en famille, c’était fantastique d’y participer.

Que Katie devienne la première cornemuseuse-major dans la Force régulière du Canada est, de notre point de vue, très excitant. 

Adjudant Katherine Buckland :

C’est chouette de suivre ses traces et de penser que les femmes puissent encore aujourd’hui accomplir des premières. Je crois que j’ai appris de ma mère bon nombre des stratégies que j’emploie au travail et avec mes collègues. Encore aujourd’hui, je suis motivée à faire ce qu’elle fait aussi bien qu’elle.

Adjudant Karen MacLean :

Je suis très fière d’elle. Cela fait 32 ans que je suis dans la Réserve. Ma carrière touche à sa fin, mais celle de Katie commence tout juste, et c’est tout simplement formidable de la voir tirer son épingle du jeu dans un métier dominé par les hommes.

Date de modification :