Message vidéo de l’Adjudant chef des Forces canadiennes au sujet du sondage sur les inconduites sexuelles dans les FAC

Liens connexes

Vidéo / Le 5 décembre 2016

Transcription

L’adjudant-chef Kevin West, l’adjudant-chef des Forces Canadiennes. La majorité d’entre vous me connaissent. Moi je connais la majorité de vous autre au travers du pays. Aujourd’hui je suis ici pour vous parler de l’opération honneur pi comment en ce moment nous avons échoué comme les sous-officiers supérieurs des Forces Armées Canadiennes sur opération honneur. On a des gens, des sous-officiers supérieurs au travers du pays en ce moment qui ne prennent pas soin de leur gens. C’est le caractère ou la demande le plus important en tant que leader avec notre personnel c’est de s’occuper d’eux autres, de s’occuper de nos gens. Mais pire que ça, encore pire que pas s’occuper de nos gens c’est qu’en ce moment au-dessus de 50%, au-dessus de la moitié des sous-officiers supérieurs des Forces Armées Canadiennes sont les auteurs des actes reliées à opération honneur. C’est incroyable que les grades que nous ont portent, la confiance qui nous êtes apporté dans les rôles qu’ont gères qu’on ne s’occupe pas de nos gens pi qu’on est les gens qui sont les auteurs des incidents. Pi moi je parle d’incident d’agression sexuelles jusqu'à dire une joke qui est inapproprié. Comment est-ce qu’une personne qui a les responsabilités que vous avez est capable de faire ces choses-là.

Opération honneur est à propos de trois choses – le respect, le leadership, et l’honneur. Respect, leadership et l’honneur. Trois petits mots très très importants qu’il ne faut jamais oublier dans nos rôles. Quand ont parlé de respect, n’importe qui qui porte l’uniforme des Forces Armées Canadiennes peut importer un marin, un soldat, un aviateur ou aviatrice ont besoin de recevoir le respect d’avoir porté cet uniforme. Ce n’est pas une option. Ils le portent tous pour la même raison que nous ont le porte.  C’est de défendre notre pays. Je vous dis tout de suite ils le méritent et moi comme l’adjudant-chef des Forces Canadiennes je le demande que chacun d’entre vous s’assurent qu’on leur donne le respect qui leur sont mérité. C’est pas important qu’ils soient dans leur première journée à l’école des recrues ou au 35 ans de services des Forces Canadiennes ils méritent le même respect parce qu’ils portent le même uniforme que nous tous, que nous sommes tellement fière de porter.   Absolument vous n’avez pas le choix je vous le dis toute suite vous allez les respecter ou vous allez trouver autre chose à faire dans votre vie. Vous été donné la confiance, la confiance dans le privilège d’être un leader du personnel des Forces Armées Canadiennes.  La confiance et le privilège, vous l’avez mérité ce privilège-là. Vous avez travaillé fort pour vous rendre ou vous êtes aujourd’hui. Mais malheureusement on a des gens qui n’ont plus de respect soi pour l’uniforme ou encore pire pour les gens qui travaillent pour eux. Pi on ne peut plus endurer ce type…ce type de comportement à travers les Forces Armées Canadiennes. Nous allons maintenant, vous avez pas le choix, vous allez le prendre au sérieux. Il faut le prendre au sérieux. Ont parlé du personnel que nous autre, une certaine journée, bientôt dans le future, on va envoyer dans des pays étrangers ou même au Canada prendre risque à leur vie, ils méritent le respect qu’ont leurs donnent, qu’ont leurs doivent. ça c’est à nous autre, les sous-officiers supérieurs des Forces Armées Canadiennes, à vous autre de s’occuper de ces gens-là et leur donner le respect qu’ils méritent. Ok. En ce moment on a des sous-officiers supérieurs, des sergents, des maîtres de deuxième classe, des adjudants chefs, des adjudants maîtres, des premiers maîtres de deuxième classe qui brisent cette confiance qui nous est donné en tant que leader sous-officier des Forces Armées Canadiennes. Inacceptable, complètement inacceptable. En ce moment on a des gens, nos troupes, qui ont perdues confiance en nous. C’est pas un feeling que moi je veux avoir à tous les jours. Trente-deux ans de service j’ai travaillé très fort, les gens à qui je parle vous avez travaillé très fort, en majorité vous êtes rendu à un certain point, perdez pas la confiance de vos gens. C’est inacceptable. Pi faut s’embarquer pi faut s’engager avec nos gens. Les jeunes Canadiens et Canadiennes se joignes à nous parce qu’ils veulent être comme vous. Ils veulent être ce que vous êtes. Ils vous voient, ils vous regardent pi disent ça c’est quelque chose que je veux être dans le future. Je veux travailler pour me rendre la. Mais certains d’entre vous en ce moment les manques. Encore pire que ça, certains d’entre vous les blesses – physiquement, mentalement, émotionnellement. On ne peut pas aller dans cette direction il faut arrêter ça aujourd’hui. C’est vous, les sous-officiers supérieurs des Forces Armées Canadiennes qui sont responsables pour changer ce comportement pi être sûre que y’a pas d’autres qui envisage ce comportement dans le futur. On a des troupes en ce moment, ça c’est un exemple exact, des troupes qui s’en vont travailler le matin, ils arrivent proche de la guérite de leur base sont physiquement malade, physiquement malade au point de vu de l’environnent toxique de travaille qu’ils sont impliqués dedans. Comment on peut se rendre à ce point-là dans les Forces Armées Canadiennes ? C’est, c’est, encore, c’est quelque chose que je ne comprends pas, comment ont c’est rendu au point qu’on est aujourd’hui.

Si on se souvient tous, à l’école des recrus, j’y vais assé souvent pour voir les graduations. Onze à douze semaines d’entrainement. Ils sont sur la parade à leur graduation raide comme une barre, maman, papa et familles autour d’eux. Ils sont fiers, ils font partie de notre équipe. Tous ce qu’ils veulent faire à ce point-là c’est de s’en aller, prendre leur métier pi de faire partie des Forces Armées Canadiennes. Mais certain mois plus tard, malheureusement, y’a certain d’entre vous qui les écrases. On les écrase mentalement, physiquement, encore pire émotionnellement de la manière qu’on les traite ou de la manière qu’on ne s’occupe pas d’eux. On ne peut plus endurer ça dans une organisation comme la nôtre. On ne peut pas l’endurer.

Opération honneur est aussi le focus sur le leadership. Vous êtes tous des leaders. Chacun d’entre vous au travers du pays qui porte les grades de sergent, maitre de deuxième classe en montant vous êtes des leaders. Vous n’avez pas le choix. Si vous ne voulez pas l’être, vous avez un choix prendre votre libération, allez-vous trouvez autre chose à faire dans votre vie. Allez trouver quelque chose d’autre à faire dans votre vie parce que ont à pas besoin de vous et moi comme l’adjudant-chef des Forces Armées Canadiennes je ne vous veux pas dans l’organisation. Je ne veux plus vous voir à l’intérieur de l’organisation très fière des Forces Armées Canadiennes. Nous exigeons énormément de nos gens – nos marins, nos soldats, nos aviateurs et aviatrices. Ont en demande beaucoup d’eux autre. Ont en demande beaucoup de vous comme leader pi le future ça ralentira pas.  Vous regardez les nouvelles, vous voyez les opérations qui s’en viennent dans la future. Faut préparer nos gens. La vie militaire amène beaucoup de stress à travers des déménagements, des cours pi tous ce qu’on leur demande de faire dans un métier, dans n’importe qu’elle des métiers ces des métiers dangereux. On leur demande tellement de chose. On ne peut pas rajouter à leur stress parce qu’ont les maltraite ou on ne les respecte pas. On ne les respecte pas. On ne peut pas rajouter à ce stress, y’en a déjà trop. Comme leader y’a des fois qu’il va falloir leur donner un coup de pied dans le derrière pour accomplir la mission. Pi d’autre fois vous allez mettre une main sur l’épaule et vous allez leur dire que ça va être correcte, je vais m’occuper de vous, j’vais m’occuper de toi. Je vais t’aider à travers ta période difficile.  Savez faire la transition. Vous avez besoin comme leader de pouvoir transitionnel du coup de pied à la main sur l’épaule, vous avez besoin, vous avez pas le choix. Si vous ne savez pas comment le faire, vous êtes pas sûre on va vous aider.  Y n’a en masse des leaders pi des gens à travers les forces qui vont vous aider à faire cette transition-là. Si vous ne voulez pas faire la transition ça c’est une autre histoire. Vous voulez pas faire la transition ont retourné à l’option numéro un – trouvez-vous quelque chose d’autre à faire. On vous a donné vos grades, vous avez mérité les grades pour l’effort pi le travail que vous avez fait. Mais vous voulez le garder, continuez à faire le travail.  Continuez à faire les efforts que vous faites. On a besoin de chacun d’entre vous. Les Forces Armées Canadiennes sont toutes petits pis on ne peut pas avoir une seule personne, à nos grades, qui font pas ce qu’on leur demande de faire. Ou ce qu’on s’attend d’eux de faire. Si vous ne voulez pas être un leader c’est trop tard mais si vous voulez pas encore le faire je vous dis toute suite, moi je vais vous aider à sortir des Forces Armées Canadiennes. Parce que y’a trop de gens qui travaillent trop fort pi j’aime mieux avoir moins de monde mais avoir des gens de qualité qui font ce qu’on leur demande de faire. Qui font ce qu’on leur demande de faire pi ce qu’ils ont besoin de faire pour pouvoir aider leur gens.

Les Forces Armées Canadiennes c’est une profession honorable. Qu’est ce qui a de plus honorable ? Il peut pas avoir rien de plus honorable que de défendre notre pays et défendre les citoyens et citoyennes de notre pays le Canada. Il peut pas avoir rien d’autre de plus honorable. Mais malheureusement on a des gens qui pensent différemment. Fierté, honneur et respecte c’est la raison pourquoi la population Canadienne est en amour avec les gens en uniforme. Malheureusement les gens en uniforme vous n’êtes pas tous en amour avec chacun. ça, faut régler ce problème. Il n’y a personne, surtout des leaders, mais y’a personne incluant le chef d’état majeur de la défense qui a le droit ou le pouvoir d’enlever la fierté de porter cet uniforme à personne. Alors si vous pensez que ça ne vous concerne pas opération honneur, y’a jamais quelque chose qui s’est passé autour de moi, j’ai jamais rien vu, j’ai jamais rien entendu, ça me concerne pas. Oui ça vous concerne. Parce que vous êtes des leaders des Forces Armées Canadiennes ça vous concerne. Faut que vous soyez au courant de ce qui se passe. Engagez-vous avec vos gens. Parce que je peux presque vous garantir que même si vous pensez que vous avez jamais rien vu autour de vous y’a quelque chose qui s’est passé parce que vous aviez les yeux fermé. Si vous en foutée ça c’est une autre histoire. Pi si vous vous en foutée, moi je m’en fou de vous. Vous avez besoin de prendre vos bagages pi trouvez autre chose à faire que les Forces Armées Canadiennes. On n’a pas besoin de vous, moi comme l’adjudant-chef des Forces Canadiennes je veux plus rien savoir de vous si vous êtes en foutée de ce qui se passe autour de vous quand on parle de ce domaine. Si vous êtes une personne qui pense que le respect, le leadership, moi j’ai un grade, j’ai un couple de pièce de plus par mois, le leadership c’est dur, je veux vraiment pas le faire, je vous dit tout de suite ont a pas besoin de vous. Si vous avez pas de respect pour vos gens, si vous vous occuper pas de vos gens, je vous dit tout de suite, je vais vous trouver. On va vous trouver pi je vais l’ouvrir la porte, je vais tenir la porte pi je vais le faire avec respecte, mais vous allez sortir de la porte. Pi je vais fermer la porte et vous ne rentrerez plus.  On ne peut pas avoir des gens dans notre organisation qui ne s’occupe pas de leur gens dans des positions de sous-officier supérieure. Un des plus gros problèmes qu’on a c’est nous autre. C’est un des plus gros problèmes qu’on a. Qu’on ne fait pas ce qu’on est supposé de faire – de s’occuper de nos gens.  Priorité numéro un, je vous le dis tout de suite, si vous êtes un instructeur dans une école à quelque part dans les Forces Armées Canadiennes ça commence là. La première journée de tous vos cours, quand les jeunes arrivent là pi y’ont un gros sourire dans la face, la première chose que vous parlez, vous parlez de respecte, vous parlez de leadership, vous parlez d’honneur vous parlez d’opération honneur. Il faut que le message se passe. ça fait au-dessus d’un an qu’on est dans opération honneur pi ont à encore des incidents déplorables qui arrivent à tous les jours. Tous les jours y’a un incident qui se passe. Pi souvent, plus que la moitié des incidents, implique quelqu’un qui porte le grade comme nous. Incroyable, impossible que ça se passe dans notre organisation aujourd’hui en 2016 mais malheureusement oui.

Il me reste à peu près un an dans ma…je suis dans ma dernière année comme adjudant-chef dans les Forces Armées Canadiennes. Je prends ça comme mon devoir personnel pour les prochains 11 à 12 mois de mettre tous mon focus sur vous, les sous-officiers supérieurs, sur vous, pour vous préparer, pour être sûre que vous avez les outils que vous avez besoin et que si vous ne voulez pas prendre les outils et que vous ne voulez pas apprendre et que vous ne voulez pas faire ce que je vous demande de faire en tant que sous-officier supérieure mon autre focus va être de vous trouver, ouvrir la porte pi vous sortir. On ne peut pas, on ne peut plus endurer ce type de comportement qui affecte tout le monde. Presque 100,000 personnes qui portent cet uniforme avec fierté pi on a des gens qui essaient de détruire l’organisation que nous portons.

Date de modification :