Navire de soutien interarmées (NSI)

Transcription

Entouré de trois océans et renfermant les Grands Lacs, le Canada est le pays qui doit défendre le plus long littoral au monde.

C’est au cours du 18e siècle, après que plusieurs naufrages soient survenus, que les premiers bateaux de sauvetage et les premiers phares ont fait leur apparition sur la côte est du Canada. Le 19e siècle a été témoin de l’arrivée des navires de patrouille dont le rôle était de défendre les côtes et de faire respecter les lois sur la pêche et les transports commerciaux. C’est à cette époque qu’est née la Garde côtière canadienne.

Lorsqu’éclata la Deuxième Guerre mondiale, le Canada possédait seulement dix navires. À la fin de la guerre, la Marine royale canadienne détenait la quatrième plus importante flotte navale du monde. En temps de paix, un certain équilibre s’est établi entre ces modestes débuts et l’envergure de la flotte des années 1940.

De nos jours, le Canada protège ses territoires maritimes contre la migration clandestine, le trafic de drogues et la pollution. On y mène également des opérations de recherche et sauvetage ainsi que de la recherche scientifique. La Marine participe aussi à des opérations à l’étranger, contribuant ainsi à remplir les engagements du Canada et à défendre les intérêts de notre pays.

La Stratégie nationale de construction navale trace la voie que devra suivre la nouvelle flotte fédérale.

Il s’agit d’un tournant important dans le domaine de la construction navale : au lieu d’y aller projet par projet, on passe à une vision à long terme en établissant des relations stratégiques avec deux chantiers navals canadiens où l’on construira de grands navires.

Grâce à cela, le Canada sera en mesure de donner des emplois à des travailleurs spécialisés de partout au pays dans l’industrie de la construction navale et dans des domaines connexes pendant plusieurs générations.

Résumé du projet

Le Canada remplacera les flottes de surface actuelles de la Marine royale canadienne et de la Garde côtière du Canada qui parviendront bientôt à la fin de leur vie opérationnelle. Le projet produira deux navires de soutien interarmées (NSI); un troisième pourrait être construit en option. Ces navires seront construits pour la Marine royale canadienne et feront partie de son lot de travaux visant les navires non destinés au combat.

Le budget du projet du NSI atteint 2,3 milliards de dollars (taxes en sus). En outre, 2,6 milliards de dollars seront dépensés aux titres du personnel et des coûts de fonctionnement au cours d’une durée de vie en service de 30 ans. L’enveloppe prévue pour le soutien en service pendant 30 ans sera d’environ 1,9 milliard de dollars.

Le premier NSI, le Queenston, est censé être livré en 2021 et devrait être opérationnel plus tard cette année-là. Après sa livraison par la Vancouver Shipyards Co. Ltd., la MRC assujettira le navire à une série d’essais pour s’assurer qu’il satisfait à ses exigences. Le deuxième navire, le Châteauguay, est censé être opérationnel d’ici 2022.

Le nouveau NSI :

  • permettra aux groupes opérationnels navals de demeurer en mer pendant de longues périodes. Ils fourniront carburant, munitions et pièces de rechange et d’autres approvisionnements aux navires en mer et à terre. Ils seront aussi dotés d’installations médicales et dentaires pour le groupe opérationnel et ils pourront utiliser et entretenir des hélicoptères.
  • offrira une capacité limitée de transport maritime. Le NSI pourra transporter et livrer des marchandises pour appuyer des opérations à terre.

Étapes du projet

Étape 4 : Mise en œuvre

 

1. Identification

1. Identification

Effectuée dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale

2. Analyse des options

2. Analyse des options

Effectuée dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale

3. Définition

3. Définition

  • Approbation révisée du projet (Définition) 1 : juin 2010
  • Approbation révisée du projet (Définition) 2 : avril 2014
  • Approbation révisée du projet (Définition) 3 : décembre 2014
  • Approbation révisée du projet (Définition) 4 : juin 2015
  • Approbation révisée du projet (Définition) 5 : août 2016
  • Approbation révisée du projet (Définition) 6 : prévue pour l’automne 2016
4. Mise en œuvre

4. Mise en œuvre

  • Approbation du projet (Mise en œuvre) : prévue pour l’automne 2017
  • Adjudication du contrat : prévue pour l’automne 2017
  • Première livraison : 2021
  • Capacité opérationnelle initiale : 2021
  • Capacité opérationnelle totale : 2022
5. Clôture

5. Clôture

  • 2022

Pour en apprendre davantage sur l’Approvisionnement en matière de défense.

Renseignements additionnels

Mises à jour

Mises à jour

La Seaspan's Vancouver Shipyards Co. Ltd a terminé les travaux préliminaires d’examen de la conception qui avaient commencé en août 2015.

Décembre 2015
Le gouvernement du Canada a signé un contrat d’une valeur maximale de 35,2 millions de dollars avec la Seaspan's Vancouver Shipyards Co. Ltd.

30 novembre 2015
Le gouvernement du Canada a signé un contrat avec la Project Resolve Inc. (qui a pris le nom de Federal Fleet Services Inc. en 2016) pour élaborer une capacité provisoire de ravitaillement en carburant en mer (AOR). C’était là le plan d’action le plus viable pour procurer une telle capacité à la Marine.

Ce contrat prévoit la conversion d’un navire porte-conteneur commercial (MV Astérix) en un pétrolier ravitailleur d’escadre. Ce navire de ravitaillement provisoire offrira une capacité plus modeste en appuyant les opérations militaires dans des environnements sans menace. Le navire fournira des capacités telles que le ravitaillement en carburant en mer, le soutien aux hélicoptères, une aide médicale et humanitaire ou une aide en cas de catastrophe.

La Federal Fleet Services Inc. fournira des services en mer d’ici l’automne 2017. La période initiale de prestation des services sera de cinq ans, et le gouvernement aura la possibilité de la prolonger d’une année, cinq fois au maximum.

Le travail de conversion, qui respectera les règlements de Transports Canada, a commencé aux Chantiers Davie Canada Inc. à Lévis (Québec).

Avantage pour l’industrie canadienne

Avantage pour l’industrie canadienne

Politique sur les retombées industrielles et régionales

Le nouveau NSI sera construit pour la Marine royale canadienne dans le cadre des travaux visant les navires non destinés au combat, en vertu de la Stratégie nationale de construction navale, par la Seaspan’s Vancouver Shipyards Co. Ltd., qui a été choisie à l’issue d’un processus concurrentiel en octobre 2011. La construction de ces navires aura lieu au Canada dans les chantiers de l’entreprise, à North Vancouver (Colombie‑Britannique).

La Seaspan’s Vancouver Shipyards Co. Ltd. exécutera son contrat en modifiant un modèle allemand, ce qui lui permettra de construire les navires dans ses chantiers en utilisant une chaîne d’approvisionnement canadienne et de satisfaire aux exigences canadiennes du projet.

La Vancouver Shipyards Co. Ltd. repère des fournisseurs et établit des relations avec eux pour acquérir des équipements essentiels destinés au premier NSI, équipements qu’il faut commander pour appuyer l’effort de conception et de construction. Cette formule limite tout retard éventuel que pourraient engendrer des renseignements incomplets sur la conception et des livraisons d’équipements insuffisantes, et elle permet ainsi de répondre aux besoins décrits dans le plan de construction du navire dressé par le chantier maritime.

Entrepreneurs

Certains des liens ci-dessous mènent vers des sites Web externes dont le contenu pourrait être en anglais seulement.

Seaspan’s Vancouver Shipyards Co. Ltd.

Renseignements techniques

Renseignements techniques

Les deux nouveaux navires de la classe Queenston s’appelleront NCSM Queenston et NCSM Châteauguay.

Pétroliers ravitailleurs d’escadre (AOR) de la classe Protecteur

Les nouveaux NSI remplaceront les pétroliers ravitailleurs d’escadre (AOR) actuels de la Marine royale canadienne.

Un pétrolier ravitailleur d’escadre (AOR) a pour rôle de réapprovisionner des navires déployés en mer. Il accroît ainsi sensiblement l’efficacité et la souplesse d’une marine, car il permet aux navires de rester en mer pendant plus longtemps. Il peut aussi intervenir quand ces navires mènent de longues missions de surveillance le long des côtes étendues du Canada et dans ses vastes eaux territoriales.

Le NSI remplacera les capacités fondamentales des bâtiments AOR, y compris :

  • le ravitaillement en carburant, en munitions, en pièces de rechange, en nourriture, en eau et en d’autres approvisionnements;
  • des installations médicales et dentaires modernes, y compris une salle d’opération;
  • des installations de réparation et l’expertise voulue pour maintenir en bon état des hélicoptères et d’autres équipements, et des moyens de base pour assurer sa protection.
Coûts du projet

Coûts du projet

Le budget du projet des NSI s’établit à 2,3 milliards de dollars (taxes en sus). En outre, 2,6 milliards de dollars seront dépensés aux titres du personnel et des coûts de fonctionnement au cours d’une durée de vie en service de 30 ans. L’enveloppe prévue pour le soutien en service pendant 30 ans sera d’environ 1,9 milliard de dollars.

Date de modification :